Communiqué de presse

La BCBE dégage une fois de plus un bon résultat semestriel

La Banque Cantonale Bernoise SA (BCBE) a dégagé une fois de plus un résultat semestriel réjouissant : le bénéfice semestriel a affiché une hausse de 1,1 million de francs et s’est établi à 59,1 millions de francs. Les prêts à la clientèle ont augmenté d’environ 1,2 milliard de francs, à 24,8 milliards de francs. Le portefeuille de fonds de la BCBE dans les dépôts des clients s’est accru de 297,4 millions de francs, à 2,7 milliards de francs. À 32,4 milliards de francs, la somme du bilan marque un nouveau record. La BCBE s’attend à un résultat égalant au moins celui de l’année précédente pour le second semestre.

Date de publication: 09.08.2019

Au premier semestre 2019, la BCBE a pu poursuivre sa croissance dans les segments Clientèle privée et Clientèle entreprises. Les créances hypothécaires ont augmenté de 621,2 millions de francs, ou de 2,9 %, à 22,2 milliards de francs. Elles comprennent également le portefeuille hypothécaire de La Mobilière, qui a été constitué dans le cadre de la coopération family-net. Celui-ci, de l’ordre de 437,9 millions de francs, a été repris par la BCBE au 1er janvier 2019. Au total, les prêts à la clientèle ont progressé de 4,9 %, à 24,8 milliards de francs. Au semestre sous revue, la faiblesse des taux d’intérêt, couplée aux taux négatifs, a pesé sur l’évolution des transactions. Les fonds déposés par la clientèle au sens étroit du terme (engagements résultant des dépôts de la clientèle et obligations de caisse) ont augmenté de 1,1 milliard de francs, à 23,1 milliards de francs. Cette évolution repose avant tout sur le maintien d’un niveau élevé de liquidités par les clients. Les valeurs patrimoniales sous gestion (volume sous dépôt) ont enregistré une hausse et ont passé à 18,4 milliards de francs (à fin 2018 : 17,5 milliards de francs). L’influence positive des 1,5 milliard de francs sur le marché a largement dépassé les sorties nettes de capitaux de 561,1 millions de francs. La part de fonds de la BCBE a progressé de 297,4 millions de francs, à 2,7 milliards de francs.

Résultat commercial en hausse

À 146,7 millions de francs, le résultat net des opérations d’intérêts était nettement supérieur aux 135,7 millions de francs enregistré au premier semestre de l’exercice précédent. Au vu de la faiblesse persisante des taux d’intérêt, les risques ont continué à baisser, ce qui a entraîné une dissolution des corrections de valeur de 15,9 millions de francs, soit nettement supérieure à celle du premier semestre 2018 (5,4 millions de francs). La pression sur les marges d’intérêts et sur le résultat des immobilisations financières a également perduré. En prévision d’une éventuelle remontée des taux d’intérêt, la BCBE a mis en place des couvertures afin d’en atténuer les effets. Elles grèvent le résultat des taux d’intérêt de 32,6 millions de francs (premier semestre 2018 : 36,0 millions de francs). Le résultat des opérations de commissions et des prestations de service se montait à 51,8 millions de francs (premier semestre 2018 : 53,0 millions de francs). Le résultat des opérations de négoce s’est accru de 2,6 %, à 11,2 millions de francs (premier semestre 2018 : 10,9 millions de francs). Les autres résultats ordinaires ont atteint 12,0 millions de francs, dépassant de 10,9 % ceux du premier semestre de l’exercice précédent ; sont compris dans cette somme les gains extraordinaires issus des aliénations d’immobilisations financières de 3,9 millions de francs (premier semestre 2018 : 1,6 million de francs). Le résultat commercial a augmenté à 221,7 millions de francs (premier semestre 2018 : 210,5 millions de francs), principalement en raison des dissolutions de corrections de valeurs sensiblement plus élevées. 

Diminution des charges d’exploitation

Les charges d’exploitation ont pu être réduites de 1,0 %, à 125,2 millions de francs. Les charges de personnel ont augmenté modérément de 0,5 %, à 69,2 millions de francs. Par rapport au premier semestre 2018, les autres charges d’exploitation ont fléchi de 2,8 % et se sont établies à 56,0 millions de francs. Les mesures de réduction des coûts mises en places commencent à porter leurs fruits. 

Résultat semestriel une fois de plus réjouissant

Le résultat opérationnel a pu être relevé de 14,2 millions de francs, à 79,7 millions de francs. Si l’on exclut la dissolution des corrections de valeur et le résultat des aliénations d’immobilisations financières, le résultat opérationnel a progressé de 1,3 million de francs soit de 2,3 %. Les corrections de valeur devenues superflues et les produits extraordinaires (p. ex. bénéfices issus des aliénations d’immobilisations financières et d’immobilisations corporelles, autres produits extraordinaires) ont permis d’alimenter les réserves pour risques bancaires généraux de 32,6 millions de francs ; ils ne figurent donc pas dans le résultat opérationnel. Par ailleurs, des réserves pour risques bancaires généraux ont été dissoutes afin de compenser, entre autres, la moitié des coûts engagés pour couvrir les risques de fluctuation des taux d’intérêt. Des réserves pour risques bancaires généraux d’un montant net de 8,9 millions de francs ont ainsi été constituées. Le bénéfice semestriel est passé de 58,0 millions de francs à 59,1 millions de francs, ce qui équivaut à une progression de 1,8 %.

Refinancement et base de fonds propres solides

Le refinancement et les liquidités de la BCBE restent supérieurs à la moyenne. Le ratio de fonds propres de base Bâle III est de 18,7 % (premier semestre 2018 : 18,6 %). Renforcée par les corrections de valeur et les provisions, la substance permettant de supporter le risque représente environ 10 % de la somme du bilan. L’agence Moody’s a attribué la note « Aa1 » à la solvabilité à long terme de la BCBE. La constance de notre établissement s’explique par sa politique de risque faible, sa dotation en fonds propres solide et ses liquidités élevées.

Banque de placement d’excellence et leader en matière de protection du climat 

En avril 2019, la BCBE a une nouvelle fois obtenu la distinction de leader de longue date en matière de qualité dans le cadre du classement Private-Banking du magazine économique BILANZ. Depuis l’introduction du classement en 2009, la BCBE est la seule banque à avoir été récompensée chaque année. De plus, la BCBE s’est vu décerner le prix « Best Group over 3 years - Overall Small Company » aux « Lipper Fund Awards 2019 : Switzerland ». Cette reconnaissance par un acteur notable et impartial met en relief les efforts fournis par la BCBE en tant que banque de placement. L’orientation à long terme de la BCBE, son conseil personnalisé et ses formules claires contribuent à pérenniser ce succès.
Début 2019, le CDP (anciennement Carbon Disclosure Project) a attribué pour la troisième année consécutive un « A » à la BCBE, la meilleure note du classement Climate 2018. La banque a ainsi été récompensée pour les mesures qu’elle prend en faveur de la protection du climat et pour les rapports qu’elle rédige à ce sujet. En Suisse, la BCBE est en pointe dans ce domaine.

Des sites modernes

En mai 2019, la BCBE a inauguré son nouveau centre de rencontre à Interlaken. Parfaitement adapté aux nouvelles exigences de la clientèle en matière de flexibilité et pour ce qui relève des contacts, ce site offre aussi de multiples possibilités, en mettant à disposition un espace de transmission des connaissances et de coworking. Au cours des mois et des années à venir, les sièges de la BCBE feront peau neuve conformément au nouveau modèle d’aménagement.

Perspectives

Le projet de modernisation du système bancaire central IBIS est en cours d’élaboration, depuis le mois d’août dernier. Notre partenaire informatique DXC se charge de développer IBIS4D d’ici mi-2021 en mettant l’accent sur la transformation numérique et l’innovation répondant aux besoins des clients. Ces derniers mois, la BCBE s’est penchée sur ces thèmes ainsi que sur l’optimisation des processus internes. Les coûts informatiques pourront ainsi être considérablement réduits, tout en assurant la sécurité et la stabilité élevées du système central bancaire.

La conjoncture a continué à s’affaiblir en Suisse, comme cela a été le cas à l’échelle mondiale. Le bras de fer commercial entre les États-Unis et la Chine est en train de devenir un conflit stratégique de longue durée. Les risques géopolitiques se sont accrus. Les acteurs des marchés s’attendent à un abaissement des taux directeurs aux États-Unis ; l’Europe pourrait bien suivre cet exemple. Cette situation a entraîné un recul des taux et un aplatissement des courbes. Le franc suisse s’est de nouveau apprécié par rapport à l’euro. Les courbes de taux nettement aplaties et la persistance des taux négatifs pèsent sur les marges d’intérêts et, par conséquent, sur le revenu des intérêts. Pour peu que la situation sur le marché monétaire et le marché des capitaux demeure stable, la BCBE table pour 2019 sur un résultat annuel égalant au moins celui de l’exercice précédent.

Vers le résultat semestriel 2019

Breadcrumb Navigation | Title

  1. Home
  2. La BCBE
  3. Publications
  4. Communiqués de presse
  5. *