Communiqué de presse

Résultat annuel solide pour la BCBE : proposition d’une augmentation sensible du dividende

Au cours de l’exercice 2018, la Banque Cantonale Bernoise SA (BCBE) est parvenue à dégager un résultat solide : en hausse de 2,4 %, le bénéfice annuel s’est monté à 140,8 millions de francs. Les prêts à la clientèle ont augmenté d’environ 1,3 milliard de francs, à 23,6 milliards de francs. Le portefeuille de fonds de la BCBE s’est accru de plus de 240 millions de francs, à 2,4 milliards de francs. S’établissant à 30,6 milliards de francs, la somme du bilan a atteint un nouveau record. Après examen de la politique de dividende de la banque, le Conseil d’administration a fixé le taux de distribution entre 50 % et 70 %. Il proposera donc à l’Assemblée générale d’augmenter nettement le dividende de CHF 1.40 à CHF 8.00 par action. La BCBE s’attend à un résultat de l’ordre de celui de 2018 pour la fin de l’exercice en cours.

Date de publication: 31.01.2019

Hanspeter Rüfenacht, Président de la Direction générale de la BCBE, se prononce comme suit au sujet de l’exercice 2018 : « au cours de l’exercice sous revue, la BCBE a réalisé un résultat solide. Pour moi, le nouvel accroissement des bénéfices prouve que, en privilégiant la sécurité et le long terme, notre modèle d’affaires se révèle une fois de plus fructueux. Je suis heureux que nous puissions proposer d’augmenter sensiblement le dividende, compte tenu du bénéfice annuel réalisé, du solide refinancement et de la base de fonds propre substantielle. Ce faisant, nous confirmons la confiance témoignée par les actionnaires. »

Croissance soutenue des affaires de crédit

Les segments Clientèle privée et Clientèle entreprises ont poursuivi leur progression en 2018. Les créances hypothécaires ont connu une hausse de 908,2 millions de francs, soit 4,4 %, pour s’établir à 21,6 milliards de francs. Au total, les prêts à la clientèle ont augmenté d’environ 1,3 milliard de francs, soit 5,6 %, à 23,6 milliards de francs. La faiblesse des taux d’intérêt, couplée aux taux négatifs, a pesé sur l’évolution des transactions : les fonds déposés par la clientèle au sens étroit du terme (engagements résultant des dépôts de la clientèle et obligations de caisse) se sont chiffrées à 22,0 milliards de francs, se situant ainsi légèrement en deçà du niveau de 2017.

Augmentation du volume des fonds de la BCBE

Les valeurs patrimoniales sous gestion se sont établies à 17,5 milliards de francs (en 2017 : 18,5 milliards de francs). La baisse de 1,2 milliard de francs, due en particulier au recul des marchés boursiers en fin d’année, a été compensée par une entrée de capitaux nette de 176,8 millions de francs. Compte tenu de l’évolution du marché, le portefeuille de fonds a diminué de 339,9 millions de francs, à 6,4 milliards de francs. Le volume des fonds de la BCBE, faisant partie du portefeuille, a pour sa part augmenté de 242,7 millions de francs, à 2,4 milliards de francs. Les clients confient à la BCBE la gestion de leurs avoirs sous la forme de mandats de gestion de fortune ; les revenus liés à cette activité ont légèrement reculé à 4,4 milliards de francs (en 2017 : 4,6 milliards de francs).

Résultat commercial plombé par des taux bas

Le résultat net des opérations d’intérêts s’est monté à 273,3 millions de francs (en 2017 : 308,3 millions de francs). Ce recul s’explique avant tout par le fait que le nombre de corrections de valeur ayant été dissoutes était sensiblement inférieur (14,0 millions de francs) à celui enregistré en 2017 (39,7 millions de francs). En 2018, la pression sur les marges d’intérêts et sur le résultat des immobilisations financières a également perduré. Par conséquent, le revenu des intérêts brut a diminué de 3,5 % à 259,3 millions de francs. Une remontée des taux d’intérêt est à prévoir. Dès lors, la BCBE met en place des couvertures afin d’en atténuer les effets. Ces dernières grèvent le résultat des taux d’intérêt de 72,3 millions de francs (en 2017 : 71,1 millions de francs).

Résultat des opérations de commissions et prestations de service similaire à celui de 2017

Le produit des opérations de commissions et des prestations de service s’est élevé à 104,7 millions de francs, un chiffre quasiment identique à celui de l’exercice précédent (105,1 millions de francs). Le produit des opérations de négoce a baissé de 21,8 à 20,8 millions de francs. Les autres résultats ordinaires ont atteint 20,6 millions de francs (2017 : 24,3 millions de francs). Cette diminution s’explique principalement par une baisse des revenus provenant des aliénations d’immobilisations financières. Le résultat commercial a fléchi à 419,5 millions de francs (2017 : 459,6 millions de francs).

Diminution des charges d’exploitation

Les charges d’exploitation ont pu être diminuées de 4,1 millions de francs, pour s’élever à 247,8 millions de francs. Les charges de personnel se sont montée à 138,8 millions de francs, à savoir au même niveau qu’en 2017 (138,1 millions de francs). Les effectifs de personnel sont passés de 1016 à 1000 emplois à plein temps (total : 1206 collaborateurs). Par rapport à l’exercice 2017, les autres charges d’exploitation ont pu être comprimées de 4,2 %, à 109,0 millions de francs.

Nouvel accroissement du bénéfice annuel

En raison d’incidents non opérationnels, les affaires ont diminué de 8,3 millions de francs, à 137,5 millions de francs (dissolution plus faible des corrections de valeur, baisse des revenus provenant de la vente d’aliénations d’immobilisations financières et d’amortissements extraordinaires). Si l’on exclut ces facteurs, le résultat commercial a progressé de 3,2 millions de francs, à 123,3 millions de francs. Les corrections de valeur devenues superflues et les produits extraordinaires (p. ex. bénéfices des immobilisations financières et des immobilisations corporelles réalisées) ont permis d’alimenter les réserves pour risques bancaires généraux de 53,5 millions de francs. Ce chiffre comprend également le bénéfice de fusion de 39,1 millions de francs résultant de la fusion par absorption avec RTC. Ces éléments ne figurent donc pas dans le résultat opérationnel. Par ailleurs, des réserves pour risques bancaires généraux ont été dissoutes afin de compenser, entre autres, la moitié des coûts engagés pour couvrir les risques de fluctuation des taux d'intérêt. La constitution nette des réserves pour risques bancaires généraux s’est montée à 7,0 millions de francs. Les impôts ont atteint 34,5 millions de francs. S’élevant à 140,8 millions de francs (en 2017 : 137,4 millions de francs), le bénéfice annuel a affiché une progression de 2,4 %.

Free cash-flow à la limite supérieure de l’objectif fixé

La BCBE poursuit un objectif à long terme : sur la période de 2013 à 2022, elle entend générer un free cash-flow compris entre 900 millions et 1,1 milliard de francs. À la fin de l’exercice sous revue, le free cash-flow s’est établi à 132,2 millions de francs. Le free cash-flow cumulé depuis 2013 atteint désormais 661,7 millions de francs, si bien que la valeur ajoutée créée au bout de six ans se situe à la limite supérieure de l’objectif fixé.

Refinancement et base de fonds propres solides

Le refinancement et les liquidités de la BCBE restent supérieurs à la moyenne. Les prêts à la clientèle sont intégralement couverts par les fonds de la clientèle et par les prêts des centrales d’émission de lettres de gage. Le ratio de fonds propres de base Bâle III est de 18,6 % (2017 : 19,9 %). Or, la baisse du ratio de fonds propres de base est principalement due à l’expansion du crédit. L’agence de notation Moody’s attribue à la banque les notes « Aa1 » pour sa solvabilité à long terme et « Prime-1 », le meilleur rating, pour ses engagements à court terme. Notre établissement figure ainsi parmi les banques les mieux notées de Suisse.

La BCBE, parée pour l’avenir

La BCBE continuera en 2019 également à suivre de près l’évolution des besoins et des comportements de la clientèle. Ces dernières années, le réseau des sièges de la BCBE a été examiné et optimisé. Dès lors, les sièges seront réaménagés afin de mieux coller à l’image et au modèle d’exploitation actuels de la banque, et de répondre aux nouveaux besoins des clients. Autrefois, les transactions au guichet jouaient un rôle majeur ; aujourd’hui, les entretiens-conseils et le dialogue avec la clientèle, sans oublier les offres numériques, ont gagné en importance. Cette évolution sera prise en compte pour la première fois au nouveau siège d’Interlaken, qui ouvrira ses portes début mai 2019. Au deuxième trimestre de l’année en cours, la BCBE mettra en ligne un portail clientèle. Il comprendra l’e-banking, un assistant financier et d’autres fonctions utiles au clients.

Pierre angulaire du nouveau système bancaire central

Au milieu de l’année dernière, la BCBE a décidé de mettre à jour et de continuer à utiliser le système bancaire central IBIS. DXC travaillera ces trois prochaines années à la mise en place d’IBIS4D en mettant l’accent sur l’innovation et sur la révolution numérique. Le nouvel accord permettra de réduire considérablement les coûts informatiques tout en assurant la stabilité et la sécurité du système bancaire central.

Proposition d’une augmentation sensible du dividende aux actionnaires

Par le passé déjà, la BCBE a misé sur une évolution du dividende continue et à long terme. Le dividende de l’action de la BCBE a augmenté d’année en année depuis 1996. Au cours des dernières années, le taux de distribution effectif se situait entre 40 % et 45 %. La politique de dividende de la BCBE prévoyait jusqu’ici que 70 % au plus du bénéfice annuel soient distribués, du moment que le ratio de fonds propres globaux Bâle III était supérieur à 16 %. Le Conseil d’administration de la BCBE a revu sa politique de dividende. L’actuelle dotation en fonds de 18,6 % permet d’appliquer un taux de distribution plus élevé. Pour cette raison et au vu de la baisse prévisible des coûts des swaps de taux d’intérêt ainsi que du potentiel considérable de réduction des coûts informatiques, la BCBE a décidé d’ajuster le taux de distribution entre 50 % et 70 %. Lors de l’Assemblée générale du 14 mai 2019, le Conseil d’administration proposera donc l’augmentation conséquente de CHF 1.40 du dividende, qui passera de CHF 6.60 à CHF 8.00 par action. Les actionnaires et le canton de Berne recevront ainsi 21 % de dividende en plus. Compte tenu de l’actuel cours boursier, le rendement du dividende correspond à 3,8 %. Le taux de distribution se porte à 53 %.

Perspectives

Les taux d’intérêt bas, couplés aux taux négatifs, continueront à peser sur la marge d’intérêt. Toutefois, pour l’exercice 2019, les coûts de couverture des risques liés aux variations des taux d’intérêt diminueront. La BCBE estime que, pour l’heure, les taux d’intérêt demeureront bas, de sorte que la légère baisse des coûts de couverture aura un effet positif sur le résultat des taux d’intérêt. La BCBE s’attend à un résultat de l’ordre de celui de 2018 pour la fin de l’exercice en cours.
À partir du 1er juillet 2019, Armin Brun reprendra la direction opérationnelle de la BCBE et assumera la fonction de président de la Direction générale. Il succédera à Hanspeter Rüfenacht, qui, après 20 années de service auprès de la BCBE, quittera comme prévu la Direction générale et prendra une retraite bien méritée.

Bilan et compte de résultat 2018(PDF, 59.5 KB)

Conférence de presse de présentation du bilan

La Conférence de presse annuelle se déroulera le 31 janvier 2019 à 10h00 à l’atelier am bundesplatz, à Berne. Les photos de cette manifestation seront mises en ligne vers 14 heures sur www.bcbe.ch/bmk

Breadcrumb Navigation | Title

  1. Home
  2. La BCBE
  3. Publications
  4. Communiqués de presse
  5. *