Communiqué

La BCBE réalise un bon exercice 2015

La BCBE a dégagé un bon résultat en 2015. Le bénéfice annuel s’établit à 131,3 millions de francs, soit une progression de 0,7 % par rapport à l’exercice précédent. Les affaires Clientèle privée et Clientèle commerciale ont été développés. Les créances hypothécaires ont crû de 623,2 millions de francs. Les fonds de la clientèle ont augmenté de 46,7 millions de francs. La somme du bilan affiche une progression, à 28,0 milliards de francs. La couverture des fonds propres et la substance qui permet de supporter le risque ont pu être renforcées. Le Conseil d’administration propose à l’Assemblée générale d’augmenter le dividende de 20 centimes, à 6,00 francs par action.

Date de publication: 28.01.2016

Hanspeter Rüfenacht, président de la Direction générale, revient sur l’exercice écoulé : « Les taux  bas et les taux négatifs constituent un défi majeur. Néanmoins, la BCBE a su tirer une fois de plus son épingle du jeu, grâce à son orientation à long terme, à une base de fonds propres solide et à un refinancement sain. Je suis heureux que nous puissions proposer une nouvelle augmentation de dividende aux actionnaires, qui ont placé leur confiance en nous. ».

Développement des cœurs de métiers 

Les segments des affaires de la clientèle privée et de la clientèle commerciale ont poursuivi leur progression. La BCBE a développé ses opérations de crédit. En excluant les créances aux corporations de droit public (CDP), les créances sur la clientèle ont crû de 621 millions de francs ou 3,2 %, à 20,2 milliards de francs. Les créances hypothécaires ont augmenté de 623,2 millions de francs, à 19,4 milliards de francs. Les créances sur la clientèle atteignent 20,7 milliards de francs (21,2 milliards de francs en 2014). Les fonds déposés par la clientèle au sens étroit du terme (engagements résultant des dépôts de la clientèle et obligations de caisse) se chiffrent à 22,2 milliards de francs. À 46,7 millions de francs ou 0,2 %, ils se situent légèrement au-dessus du niveau de 2014. 

Hausse du bénéfice

Le bénéfice a progressé de 0,7 % à 131,3 millions de francs (130,4 millions en 2014). Dans un contexte marqué par des taux d’intérêt historiquement bas, le résultat brut des opérations d’intérêts a atteint 286,0 millions de francs. Les hypothèques à taux fixe arrivant à échéance ont été prolongées à des taux sensiblement plus bas. Le résultat des immobilisations financières a été soumis à forte pression. En prévision d’une remontée des taux d’intérêt, la BCBE a mis en place des couvertures afin d’en atténuer les effets. Les coûts pour couvrir les risques liés aux variations des taux d’intérêt ont fortement augmenté en raison des taux négatifs et grèvent le résultat des opérations d’intérêts à raison de 74,8 millions de francs (52,1 millions de francs en 2014). En comparaison avec l’exercice écoulé, le résultat brut des opérations d’intérêts affiche un repli de 18,6 millions de francs, soit 6,1 %. Le produit des opérations de commissions et des prestations de service a connu un recul de 3,8 %, à 98,9 millions de francs (102,8 millions de francs en 2014). Les opérations de négoce ont baissé à 21,3 millions de francs (21,9 millions de francs en 2014). Les autres produits ordinaires ont atteint 28,3 millions de francs, en hausse de 6,2 millions de francs par rapport à l’exercice précédent. Cette augmentation tient avant tout au produit plus élevé des participations.

Renforcement de la Caisse de pension

Les caisses de pension font actuellement face à plusieurs défis. D’une part, l’augmentation de l’espérance de vie entraîne un allongement de la période de versement des rentes, de sorte que le capital-épargne individuel doit couvrir une durée toujours plus longue. D’autre part, face à la persistance d’une période de taux bas, les caisses doivent s’attendre à des rendements trop faibles pour assurer le versement des rentes futures. La BCBE a décidé, à titre préventif, de renforcer durablement la Caisse de pension. Le renforcement a été fait par étapes. Au 1er janvier 2016, la Caisse de pension a abaissé le taux d’intérêt technique de 2,5 à 2,0 %, ce qui induit une diminution du taux de conversion. Pour compenser ces baisses, les cotisations des employés ont été augmentées. Au 1er janvier 2016, la Caisse de pension de la BCBE est en outre passée de la table périodique à la table des générations. Les avoirs vieillesse des personnes actives et les réserves mathématiques des rentes ont été augmentées afin d’atténuer les incidences financières, pour les collaborateurs, de ces mesures de stabilisation. Pour la BCBE, les coûts s’élèvent à 83,8 millions de francs, montant enregistré dans les charges de personnel. Parallèlement, la banque a dissous du même montant les réserves pour risques bancaires généraux. Ainsi, le renforcement de la Caisse de pension ne pèse pas sur le bénéfice de l’exercice.

Réduction des charges d’exploitation

Si l’on ne tient pas compte du versement extraordinaire en faveur de la caisse de pension, les charges de personnel ont baissé de 2,8 %, ou 4,1 millions de francs, pour s’établir à 144,3 millions de francs. Les effectifs de personnel se sont contractés : ils sont passés de 1137 emplois à plein temps à 1091 emplois plein temps (1313 collaborateurs au total). Les charges d’exploitation s’établissent à 109,3 millions de francs, le niveau de l’exercice précédent. Dans leur ensemble, les charges d’exploitation ont pu être diminuées de 4,2 millions de francs (1,6 %). 

Résultat extraordinaire

Les produits extraordinaires comprennent 26,0 millions de francs provenant de la vente de parts Swisscanto à la Banque Cantonale de Zurich (ZKB). Ce résultat, les dissolutions de corrections de valeurs et de provisions ainsi que les effets fiscaux positifs de 23,0 millions de francs issus de l’utilisation des réserves imposées pour renforcer la Caisse de pension ont été enregistrées dans les « Réserves pour risques bancaires généraux », si bien qu’elles ne figurent pas le résultat opérationnel. La moitié des coûts de couverture des risques de fluctuation des taux d’intérêt sont compensés par la dissolution de réserves pour risques bancaires généraux. En prenant en considération le versement à la Caisse de pension de 83,8 millions de francs, la dissolution nette des réserves pour risques bancaires généraux atteint au total 52,7 millions de francs. Compte tenu de la substance élevée qui permet de supporter le risque et de la base de fonds propres solide, il a été décidé de réduire l’attribution aux réserves pour risques bancaires généraux par rapport à l’an dernier. Il en résulte un bénéfice net supérieur de 0,7 %, soit 131,3 millions de francs (130,4 millions de francs en 2014). 

Free cash-flow supérieur à l’objectif

La BCBE s’est fixé un objectif à long terme : sur la période 2013 à 2022, elle entend générer un free cash-flow compris entre 900 millions et 1,1 milliard de francs. À la fin de l’exercice sous revue, le free cash-flow se montait à 73,1 millions de francs. À 357,1 millions de francs, la valeur ajoutée générée dépasse l’objectif depuis 2013.

Rôle majeur du conseil en gestion de patrimoine

Les valeurs patrimoniales sous gestion se montent à 20,0 milliards de francs (21,1 milliards de francs en 2014). Ce fléchissement s’explique avant tout par le départ d’un important client institutionnel, qui a choisi de placer ses avoirs auprès d’un autre établissement. Le portefeuille de fonds de placement s’élève à 5,2 milliards de francs (5,3 milliards de francs en 2014). Les mandats de gestion de fortune par lesquels les clients confient à la BCBE l’administration de leurs avoirs totalisent 4,2 milliards de francs (4,2 milliards de francs en 2014). Dans son édition d’avril 2015, le magazine économique BILANZ a distingué le private banking de la BCBE comme étant le « meilleur de Suisse ». Pour la deuxième fois consécutive, la banque figure en tête du classement « toutes catégories confondues » et de celui de la catégorie « banques universelles régionales ». Depuis l’introduction du Private-Banking-Rating en 2009, la BCBE est la seule banque à avoir reçu une distinction chaque année. La reconnaissance par un acteur notable et impartial souligne la qualité du conseil patrimonial. 

Bon refinancement et base de fonds propres solide

Le refinancement et les liquidités de la BCBE restent supérieurs à la moyenne. Les prêts à la clientèle sont intégralement couverts par les fonds de la clientèle au sens étroit du terme. Le taux de couverture des fonds propres de 243,4 % (240,0 % en 2014) dépasse nettement les exigences légales. Le ratio de fonds propres de base Bâle III est de 19,5 % (19,2 % en 2014). La substance qui permet de supporter le risque a été renforcée par les corrections de valeurs et les provisions ; elle représente plus de 10 % de la somme de bilan. La BCBE est en permanence notée par l’agence de notation Moody’s, qui a relevé sa notation de solvabilité à long terme, de « A1 » à « Aa1 », en raison de la politique de risque faible, de la dotation en fonds propres et des liquidités élevées. La BCBE figure parmi les banques les mieux notées de Suisse.

Proposition d’augmentation du dividende

Au vu de ce bon résultat et de la base de fonds propres solide, le Conseil d’administration propose à l’Assemblée générale du 17 mai 2016 d’augmenter le dividende de 20 centimes, à 6,00 francs par action.

Politique d’affaires à caractère durable

Dans sa « Charte de développement durable » pour les années 2016 à 2019, la BCBE s’est fixé des objectifs en lien avec ses produits, ses prestations, l’écologie d’entreprise, ainsi que la responsabilité sociale. Deux organismes neutres saluent l’engagement de la BCBE. L’agence de notation de développement durable « oekom research » décerne à la BCBE le label « Prime » depuis 2010 déjà. Par son engagement social et écologique, la banque fait office de pionnier. Dans la dernière notation écologique de l’organisation Carbon Disclosure Project (CDP), la BCBE compte, pour la septième fois consécutive, parmi les banques suisses les mieux notées, avec 98 sur 100 points. Depuis 2011, la BCBE est climatiquement neutre. Elle compense les émissions résiduelles de CO2 dans son espace économique, soutenant ainsi l’artisanat local. Par ailleurs, la banque s’engage de manière non négligeable en faveur de la formation et de l’encouragement de la relève. Près de 10 % des postes de travail sont occupés par des personnes en formation : 86 apprentis, 21 diplômés des hautes écoles, des personnes qui changent d’orientation professionnelle et cinq stagiaires. 

Perspectives

Les marges dans le secteur bancaire continueront à s’étioler en raison de la faiblesse des taux d’intérêt. La BCBE ne voit pour l’instant aucun changement en matière taux. Les revenus des opérations d’intérêts se retrouvent ainsi sous pression. L’évolution des besoins de la clientèle revêt beaucoup d’importance et sera une préoccupation majeure de notre établissement. 

Bilan et compte de résultat 2015(PDF, 105.6 KB)

Breadcrumb Navigation | Title

  1. Home
  2. La BCBE
  3. Publications
  4. Communiqués de presse
  5. *