Communiqué

Exercice 2014 réussi pour la BCBE

La BCBE a dégagé un bon résultat en 2014. Le bénéfice annuel avant impôts s’établit à 170,1 millions de francs, soit une progression de 0,6 % par rapport à l’exercice précédent. Les affaires clientèle privée et clientèle commerciale ont été développées. Les prêts à la clientèle ont crû à 838,5 millions de francs et les fonds de la clientèle ont augmenté à 131,3 millions de francs. Dans la gestion de fortune, les valeurs patrimoniales sous gestion ont enregistré un afflux de 674,9 millions de francs. Elles ont augmenté de 8,7 %, à 21,1 milliards de francs. La somme du bilan a affiché une progression et atteint 27,1 milliards de francs. La substance qui permet de supporter le risque a été renforcée : additionnée aux correctifs de valeurs et aux provisions, elle atteint plus de 10 % de la somme du bilan. Le Conseil d’administration propose à l’Assemblée générale d’augmenter le dividende de 30 centimes, à 5,80 francs par action.

Date de publication: 29.01.2015

Hanspeter Rüfenacht, président de la Direction générale, s’exprime sur l’exercice qui vient de se terminer : « Compte tenu du contexte difficile lié aux taux d’intérêt, la BCBE a dégagé un bon résultat. La politique d’affaires orientée sur le long terme a une fois de plus porté ses fruits. Je suis heureux que nous puissions proposer une nouvelle augmentation de dividende aux actionnaires, qui ont placé leur confiance en nous. »

Hausse du bénéfice

La BCBE a dégagé un bon résultat en 2014. Le bénéfice annuel avant impôts a progressé à 170,1 millions de francs (169,0 millions de francs en 2013). Dans un contexte de marché exigeant caractérisé par des taux d’intérêt historiquement bas, le résultat des opérations d’intérêts a atteint 304,5 millions de francs, en régression de 7,7 % par rapport à l’an passé. Compte tenu du niveau actuel des taux d’intérêt, les hypothèques à taux fixe arrivant à échéance seront prolongées à des taux sensiblement plus bas. En conséquence, le résultat des opérations d’intérêts s’en voit affaibli pour l’exercice sous revue. Le résultat des immobilisations financières a également été soumis à des pressions. Des couvertures financières sont en place pour atténuer les conséquences d’une éventuelle remontée des taux d’intérêt ; elles ont grevé le résultat des taux d’intérêt de 52,1 millions de francs (40,0 millions de francs en 2013). Le produit des opérations de commissions et des prestations de service a connu une hausse de 1,4 %, à 85,0 millions de francs. Les opérations de négoce se sont élevées à 21,9 millions de francs. À 40,0 millions de francs, les autres produits ordinaires sont de 37,9 millions de francs inférieurs à ceux de l’exercice précédent. Ce repli s’explique en partie par la vente des réserves d’or de l’année dernière. Le produit d’exploitation net (avant résultat des aliénations d’immobilisations financières) se situe à 439,9 millions de francs, en recul de 6,2 % par rapport  à 2013.

Free cash-flow supérieur à l’objectif

La BCBE s’est fixé un objectif à long terme : sur une période de dix ans (2013 à 2022), elle entend générer un free cash-flow compris entre 900 millions et 1,1 milliard de francs. En 2014, le free cash-flow se montait à 128,3 millions de francs. À 284,0 millions de francs, la valeur ajoutée générée dépasse l’objectif après deux ans.

Diminution des charges d’exploitation

Les charges d’exploitation ont pu être diminuées de 20,3 millions de francs, ou 7,3 %. En excluant le versement extraordinaire de 15,3 millions de francs à la caisse de pension de la BCBE l’an dernier, la baisse se monte à 1,9 %. Les charges de personnel ont fléchi de 1,0 %, à 148,4 millions de francs. Les effectifs de personnel se sont contractés de 34 emplois à plein temps, à 1137 (soit 1375 collaborateurs, contre 1418 en 2013). L’évolution des autres charges d’exploitation a de quoi réjouir, puisqu’elles se sont tassées de 3,1 %, à 109,4 (112,9 millions de francs en 2013).

Proposition d’augmentation du dividende

Par ailleurs, 36,4 millions de francs figurent dans les produits extraordinaires ; ils proviennent de la vente d’une participation et des correctifs de valeurs de provisions devenus superflus. Ces revenus ont alimenté les réserves pour risques bancaires généraux et ne figurent donc pas dans le résultat opérationnel. Compte tenu de la substance élevée qui permet de supporter le risque et de la base de fonds propres solide, il a été décidé de réduire l’attribution aux réserves pour risques bancaires généraux par rapport à l’an dernier. Il en résulte un bénéfice après impôts supérieur de 0,2 %, soit 130,4 millions de francs (130,1 millions de francs en 2013). Au vu de ce bon résultat et de la base de fonds propres solide, le Conseil d’administration propose à l’Assemblée générale du 12 mai 2015 d’augmenter le dividende de 30 centimes, à 5,80 francs par action.

Développement des opérations de crédit et afflux de fonds de la clientèle

La BCBE a développé ses opérations de crédit au cours de l’exercice sous revue, en mettant l’accent sur les petites et moyennes entreprises de son rayon d’activité. Les créances sur la clientèle ont augmenté à 21,4 milliards de francs (20,6 milliards de francs en 2013). En excluant les prêts aux collectivités de droit public (CDP), les prêts à la clientèle ont connu une progression de 2,5 %, à 19,9 milliards de francs. Les prêts aux CDP sont montés à 355,7 millions de francs et atteignent 1,6 milliard de francs. Les créances hypothécaires ont augmenté de 485,0 millions, à 18,9 milliards de francs. Au moment d’accorder un crédit, la banque veille à ce que la charge reste supportable pour le client, même en cas de hausse notable des taux d’intérêt. Elle tient compte d’un taux d’intérêt théorique de 5,0 %. En ce qui concerne les nouveaux financements hypothécaires, la banque exige, dans l’intérêt à long terme du client, au moins 20 % de fonds propres véritables (hors capitaux de la caisse de pension). La bonne qualité du portefeuille de crédits a pu être maintenue dans son ensemble. Fin 2014, les fonds de la clientèle au sens strict du terme (fonds d’épargne, obligations de caisse et autres engagements) ont progressé de 131,3 millions de francs, ou 0,6 %, passant à 22,2 milliards de francs.

Rôle majeur du conseil en gestion de patrimoine

Les valeurs patrimoniales sous gestion ont crû de 8,7 %, à 21,1 milliards de francs (19,4 milliards de francs en 2013). Le portefeuille de produits de fonds de placement s’élève à 5,3 milliards de francs, en augmentation de 633,9 millions de francs par rapport à l’exercice précédent. Les mandats de gestion de fortune par lesquels les clients confient à la BCBE l’administration de leurs avoirs totalisent 4,2 milliards de francs (3,9 milliards de francs en 2013). Depuis que le magazine économique « BILANZ » attribue un Private-Banking-Rating (2009), la BCBE est la seule banque à avoir été récompensée chaque année. Cette distinction souligne la qualité de notre conseil patrimonial, d’autant qu’elle est décernée par un acteur neutre de renom.

Bon refinancement et base de fonds propres solide

Le refinancement et les liquidités de la BCBE restent supérieurs à la moyenne. Les prêts à la clientèle sont intégralement couverts par les fonds de la clientèle au sens strict du terme. Le taux de couverture des fonds propres de 240,0 % (235,5 % en 2013) dépasse nettement les exigences légales. Le ratio de fonds propres de base de Bâle III est de 19,2 % (18,8 % en 2013). La substance qui permet de supporter le risque a été renforcée par les correctifs de valeurs et les provisions ; elle représente plus de 10 % de la somme de bilan. La BCBE est notée en permanence par l’agence Moody’s, qui lui a attribué, début 2014, un A1 assorti d’une perspective stable sur sa cote de crédit à long terme. Aux yeux de la BCBE, cette évaluation positive reflète la stratégie d’entreprise axée sur la sécurité, la solidité des revenus et la forte capitalisation de la banque. Le rating de la BCBE est resté stable ces dix dernières années. Ainsi, la BCBE figure parmi les banques les mieux notées de Suisse par Moody’s.

Volant de fonds propres anticyclique

Le Conseil fédéral a annoncé en janvier 2014 qu’il entendait lutter contre une croissance excessive des marchés hypothécaires. À cette fin, il a décidé d’introduire un relèvement du volant de fonds propres anticyclique. À partir du 30 juin 2014, les banques sont tenues de faire passer de 1,0 % à 2,0 % la couverture en fonds propres de leurs créances hypothécaires sur immeubles d’habitation. L’objectif de ce relèvement est de permettre au secteur bancaire de mieux résister aux risques liés à une croissance excessive des crédits. Pour la BCBE, cette mesure n’a pas d’incidences significatives. La banque dépasse à tel point les exigences de capital propre qu’il a été facile d’agir par les fonds propres librement disponibles.

Réseau de distribution

L’optimisation et la modernisation du réseau de distribution est une tâche permanente. La BCBE exploite dans les cantons de Berne et de Soleure 73 sièges fixes, auxquels viennent s’ajouter neuf banques mobiles et une banque en ligne. Au cours de l’année sous revue, la BCBE a ouvert trois sièges : à Uetendorf, à Oensingen et à Frutigen. Dans le sillage de ces changements, cinq sièges plus petits et six banques mobiles ont été fermés ou intégrés dans des sièges plus grands. Cinq autres opérations d’intégration seront effectuées durant l’année en cours. L’évolution des besoins des clients est à l’origine de ces changements constants dans le réseau de distribution. En effet, les contacts aux guichets diminuent dès lors que les clients sont de plus en plus mobiles et les services bancaires sont toujours plus sollicités par voie électronique.

Politique d’affaires à caractère durable

La BCBE s’engage en faveur du développement durable. Elle a défini des objectifs liés aux produits et aux prestations, à l’écologie d’entreprise ainsi qu’à sa responsabilité sociale à l’égard de ses collaborateurs et de la société. Deux organismes neutres ont loué l’engagement de la BCBE : l’agence de notation de développement durable « oekom research » a décerné pour la troisième fois à la banque le label « Prime », en reconnaissance de son engagement social et écologique ; dans la dernière notation écologique de l’organisation Carbon Disclosure Project (CDP), la BCBE obtient également un excellent résultat, pour la sixième fois consécutive. Le score de de 99 points sur 100 permet à la banque d’intégrer l’indice « Climate Disclosure Leadership Index » (CDLI). Depuis 2011, la BCBE est climatiquement neutre. Elle compense les émissions résiduelles de CO2 dans son espace économique, soutenant ainsi l’artisanat local. Par ailleurs, la BCBE s’engage de manière non négligeable en faveur de la formation et de l’encouragement de la relève. Près de 10 % des postes de travail sont occupés par des personnes en formation : 93 apprentis, 23 diplômés des hautes écoles, des personnes qui changent d’orientation professionnelle et sept stagiaires.

Perspectives

Les marges dans le secteur bancaire continueront à s’étioler en raison de la faiblesse des taux d’intérêt. La BCBE ne prévoit pour l’instant pas d’inversion de tendance s’agissant des taux. Les revenus des opérations d’intérêts s’en retrouvent ainsi sous pression. Il va donc falloir agir sur les coûts.

Bilan et compte de résultat 2014

Breadcrumb Navigation | Title

  1. Home
  2. La BCBE
  3. Publications
  4. Communiqués de presse
  5. *