Opter pour des placements responsables avec la BCBE

Le développement durable dans nos formules de placement: notre approche et nos priorités

Le développement durable est une pierre angulaire qui sous-tend l’activité économique de la BCBE. Conscients de sa responsabilité, elle cherche à constamment s’améliorer. Elle entend veiller, conjointement avec ses clientes et clients, à ce que leurs avoirs soient utilisés de manière judicieuse en vue de réduire d’éventuelles répercussions négatives sur le développement durable.

Les atouts des placements à caractère durable

  • Rendement durable: les entreprises qui assument leur responsabilité sociale et environnementale sont plus performantes sur le long terme. Qui dit développement durable dit nouveaux risques et nouvelles opportunités, mais aussi impact direct sur les résultats des entreprises. La prise en compte des aspects du développement durable dans le processus d’analyse et de placement peut donc améliorer le profil risque/rendement d’un portefeuille.
  • Impact environnemental et social positif: les capitaux investis de manière responsable ont un facteur d’influence majeur. Investir dans des entreprises qui remplissent des exigences élevées sur le plan environnemental, social et éthique revient à promouvoir le développement durable. En revanche, les émetteurs qui n’ont pas d’avenir n’obtiennent pas de capitaux.
  • Investir en harmonie avec ses propres objectifs et valeurs: l’investisseur qui ne prend pas de décisions de placement réfléchies a vite fait de soutenir des domaines d’activité controversés. Si, au contraire, il opte pour des placements responsables, il peut investir en accord avec ses valeurs et éviter tout investissement dans des entreprises recourant à des pratiques commerciales qui nuisent à l’environnement ou à la société.

Les critères de développement durable de la BCBE

Les critères de développement durable sont pris en compte lors des conseils en placement et dans toutes les formules de placement de la BCBE, de façon plus ou moins marquée. Elle aide ses clientes et clients à investir leurs capitaux de manière judicieuse. Ensemble, ils réduisent ainsi les éventuelles répercussions négatives sur le développement durable.

Pour réaliser son analyse de durabilité, la BCBE collabore avec ISS ESG, l’une des principales agences mondiales de notation indépendantes dans le domaine du développement durable.

L’univers de placement de la BCBE

Filtre général

La BCBE applique un processus d’exclusions générales à ses instruments de placement. Ainsi, elle exclut:

  • les entreprises qui contreviennent très gravement au Pacte mondial des Nations Unies*;
  • les entreprises qui fabriquent ou commercialisent des armes prohibées;
  • les entreprises qui opèrent dans le secteur des combustibles fossiles.

Les titres de ces catégories d’entreprises ne sont ni détenus par la BCBE pour son propre compte et ni recommandés à l’achat. De plus, ces entreprises sont exclues de tous les fonds en actions, fonds en obligations et instruments de placement actifs de la BCBE gérés par celle-ci. Les clientes et clients qui détiennent de tels titres dans leur dépôt BCBE en sont informés de cette exclusion par leur coach financier. S’agissant des produits tiers, les critères généraux d’exclusion sont appliqués par analogie, même si certains écarts restent inévitables.

*Le Pacte mondial des Nations Unies est l’initiative la plus importante au monde en matière de développement durable des entreprises. Il englobe plusieurs dimensions du développement durable, à savoir les droits de l’homme, les droits du travail, la protection de l’environnement et la lutte contre la corruption. Le but de cette initiative est de protéger l’environnement et les droits sociaux dans une économie mondiale de plus en plus intégrée.

Filtre général: émetteurs exclus

Filtre de risque ESG

Lorsqu’elle examine le profil d’émetteurs candidats à intégrer son univers de placement, la BCBE tient compte de deux indicateurs: 

  • la note de développement durable: La note de développement durable indique dans quelle mesure les émetteurs ont intégré les opportunités et les enjeux du développement durable dans leurs activités. Elle évalue les dimensions de gouvernance d’entreprise, d’environnement et de société.
  • la note climatique: La note climatique indique dans quelle mesure les émetteurs se préoccupent des problématiques climatiques, réduisent au minimum les risques en la matière et se positionnent dans le processus de transition vers une économie plus respectueuse de l’environnement.

Les 20% d’émetteurs les plus mal notés par ces deux indicateurs ne passent pas le filtre de risque ESG. Ces émetteurs sont donc exclus de l’univers de placement de la BCBE, sauf s’ils résistent à une analyse de durabilité approfondie et si la diversification le justifie.

L’objectif du filtre de risque ESG est d’améliorer la performance en matière de développement durable et de réduire les risques climatiques dans le portefeuille de la BCBE. Cela passe par une diminution des investissements dans des émetteurs présentant de mauvaises performances en matière de développement durable, une empreinte carbone élevée et d’importants risques climatiques, et, en contrepartie, par une hausse des investissements dans des émetteurs qui saisissent les opportunités offertes par le développement durable et les changements sociétaux en découlant. Cette politique permet de soutenir les émetteurs qui sont bien positionnés pour jouer un rôle dans la transition vers une économie plus respectueuse de l’environnement.

L’univers des placements à caractère durable de la BCBE

Filtre de durabilité

La BCBE applique des critères d’exclusion plus exhaustifs et plus rigoureux pour ses formules de placement à caractère durable. Elle exclut ainsi les entreprises ayant des pratiques commerciales controversées (en référence au Pacte mondial des Nations Unies) ainsi que celles actives dans des domaines d’activité controversés.

L’approche «best in class»

La BCBE applique des critères rigoureux lorsqu’il s’agit d’intégrer des entreprises dans son univers des placements à caractère durable. Elle s’assure ainsi ne retenir que celles qui affichent des performances supérieures à la moyenne sur les plans social, environnemental et de gouvernance d’entreprise. Les entreprises doivent être considérées comme Prime ou Prime -1. 

La BCBE tient compte du fait que l’impact social et environnemental diffère d’une branche à l’autre. Les exigences relatives à l’obtention du statut Prime sont ainsi plus élevées (approche «best in class» absolue) pour les entreprises appartenant à des secteurs où l’impact négatif est comparativement plus important (p. ex. «Metals & Mining»).

Exemple: une entreprise du secteur du textile et de l’habillement doit obtenir une note minimum de C+ pour être considérée comme Prime. Si elle obtient la note de C, elle est considérée comme Prime -1. Elle est alors tout de même prise en compte dans les formules de placement à caractère durable de la BCBE. En revanche, l’obtention d’une note inférieure (telle que C- = Prime -2) entraîne une exclusion de l’univers des placements à caractère durable de la BCBE.

Les effets des approches en matière de développement durable

L’application des différents critères de développement durable entraîne une réduction de l’univers dans lequel il est possible d’investir. S’agissant de l’indice d’actions mondial MSCI World ex Switzerland (hors pays en voie de développement et hors Suisse), l’univers de placement prend en compte environ 82% de l’ensemble des titres en raison de l’application du filtre général et du filtre de risque ESG, ce qui correspond à 89% de l’univers de placement sur le plan de la capitalisation boursière. L’univers dans lequel il est possible d’investir se voit encore davantage réduit suite à l’application du filtre de durabilité et de l’approche «best in class»: dans l’univers des placements à caractère durable de la BCBE, quelque 46% des titres seulement sont encore disponibles pour les formules de placement à caractère durable (soit 58% sur le plan de la capitalisation boursière). Il s’agit dans tous les cas d’émetteurs affichant des performances supérieures à la moyenne sur les plans social, environnemental et de gouvernance d’entreprise.

Bon à savoir: l’application stricte des critères de développement durable ne se fait pas au détriment de la diversification ou du rendement.

La BCBE, un investisseur actif

Les rendements ne sont pas le seul but des placements financiers: en tant qu’actionnaires ou bailleurs de fonds d’une entreprise, les investisseurs responsables peuvent également tirer parti de leur position pour apporter des changements au sein de l’entreprise ou exiger davantage de transparence et plus d’efforts en matière de développement durable.
La BCBE assume ce rôle d’investisseur actif:

Droits de vote

Les droits de vote liés aux fonds de la BCBE sont exercés par notre direction de fonds, Swisscanto Direction de Fonds SA. Les droits de vote sont exercés conformément aux règles de gouvernance d’entreprise suisses et internationales, aux principes propres de Swisscanto Invest ainsi qu’aux normes de développement durable reconnus.
La politique de vote ainsi que le comportement de vote au sein des fonds de la BCBE sont détaillés sur http://swisscanto.ch/voting

Engagement

En tant qu’investisseur actif, la BCBE n’exerce pas seulement ses droits de vote: elle dialogue activement avec les entreprises dans lesquelles elle investit (ou pourrait investir), conformément à son approche de développement durable.

La BCBE s’engage par l’intermédiaire de l’agence ISS ESG. ISS ESG représente un pool d’investisseurs gérant plus de CHF 3800 milliards d’actifs. Le poids de la BCBE s’ajoute donc à celui d’autres investisseurs, ce qui accroît considérablement le pouvoir de négociation.

Breadcrumb Navigation | Title